Les voitures autonomes, la mobilité du futur ?

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir admirer le paysage ou faire un petit somme en toute sécurité derrière le volant pendant que la voiture se conduit toute seule ? Cet imaginaire qui nous a fait rêver dans Minority Report devrait voir le jour. Les grands noms du secteur automobiles mais aussi Google planchent sur les technologies des voitures autonomes. Une nouvelle forme de mobilité qui fait rêver…

 

La mobilité du futur

Une voiture qui s’adapte à la route, s’arrête au feu rouge et se régule toute seule aux différentes limitations de vitesse n’est pas une utopie… Le but de ces voitures autonomes est d’offrir plus de sécurité aux accros de la voiture : limiter les accidents, réduire les bouchons en adaptant la cadence de manière automatique et autonome, de pouvoir conduire sans permis ou en état ne le permettant pas (fatigue, ébriété), etc. Les habitudes de déplacement vont changer grâce à la technologie !

PSA envisage même de lancer sur le marché les premiers véhicules partiellement autonomes, avec délégation d’une partie de la conduite sur certains tronçons, dès 2020. Carla Gohin, directrice recherche et innovation chez PSA, estime que « les premières navettes entièrement autonomes sans conducteurs feront leur apparition autour de 2030« .

Des défis avant la mise en circulation des voitures autonomes

Une autre vision de la mobilité se fait grâce à ces nouveaux véhicules. Néanmoins, les concepteurs font face à quelques problématiques avant que les usagers « craquent » devant cette prouesse technologique.

  • Ces voitures sont dirigées par des systèmes informatiques :  que se passera-t-il si les véhicules (personnel ou transports en commun) seront piratés ?
  • Les constructeurs automobiles et peut-être même les gouvernements aurot-ils accès aux déplacements de chacun ?
  • Quel va être le coût de ces nouveaux véhicules comparés aux modèles traditionnels ?
  • Va-t-il y avoir un surcoût de l’entretien de ces véhicules ?

Tout le secteur automobile va devoir se transformer pour s’adapter aux voitures autonomes. Succès garantie dès le départ ? Peut-être pas en fin de compte.

Une question éthique sur la sécurité

Avec les voitures autonomes se pose une question éthique en cas d’accident… Faut-il sauver en priorité le conducteur, les piétons/cyclistes, les animaux ? Qui est responsable de l’impact : le conducteur ou le système de bord autonome ? Pour répondre à ces questions, l’Allemagne élabore des règles éthiques afin de protéger les humains avant tout… Même si la mise en place des voitures autonomes se fait pour réduire les accidents (mortels) de voiture, Google imagine une carrosserie flexible, devenant « molle » afin de protéger les piétons et les cyclistes en cas d’accident et au contraire redevenant « rigide » lors d’un impact contre un objet dur comme un poteau.

Les voitures autonomes ne seront pas en circulation avant de nombreuses années. Néanmoins, la mobilité imaginée dans de nombreux films de Science-Fiction semble être plus proche qu’on ne le croit. Même s’il reste de nombreuses questions, les voitures autonomes restent une véritable prouesse technologique pour une mobilité plus sûre dans un avenir de plus en plus proche.

The following two tabs change content below.
Rédactrice web. Ecrire pour prendre conscience que chaque geste compte et pousser sa réflexion un peu plus loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *