Plans de Déplacement Entreprise : Ce Qui Vous Attend

En Janvier 2018, l’article II de l’article L. 1214-8-2 du code des transports entrera en vigueur. Cette loi s’inscrit dans la volonté du législateur de transformer progressivement les modes de transport actuels. Il s’agit de privilégier les transports moins polluants et moins encombrants que la voiture individuelle : mobilité active, covoiturage, transports en commun, multi-modalité…

Belgique et Bruxelles : réussite du PDE !

La législation française s’inscrit dans la continuité de l’application d’une norme européenne. Nos voisins belges ont pris de l’avance puisqu’une loi similaire est déjà en application. En effet, depuis 2004, les entreprises bruxelloises sont tenues de faire un Plan de Déplacement Entreprise (PDE). En une dizaine d’années, la promotion de modes de transports moins polluants au sein d’une entreprise a réussi à changer les habitudes de déplacement des salariés. Les PDE obligatoires pour toute entreprise de plus de 100 salariés concernent ainsi 43% de l’ensemble de l’emploi bruxellois.

Les différents Plan de Déplacement Entreprise qui ont étés développés avec les conseils de la région bruxelloise ont permis d’établir différentes mesures. Les entreprises visaient une réduction de 20% de la part de la voiture en 3 ans. Toutes les entreprises soumises à un PDE ont diminué leur part de voiture d’au minimum 21%.

En moyenne, les personnes travaillant à Bruxelles habitent à 25km de leur lieu de travail. Mais sous cette moyenne se cache de profondes disparités. C’est pourquoi il faut une complémentarité des modes d’actions en fonction de la distance réelle Travail-Maison. Le vélo est par exemple à privilégier pour les courtes distances tandis que le covoiturage est plus adapté pour les trajets de 25km et plus.

Développer un PDE, mais quels exemples ?

Les entreprises, avec des objectifs différents, ont travaillé avec des consultants spécialisés et la ville de Bruxelles.

La première mesure prise dans le cadre dans le cadre du Plan de Déplacement Entreprise est le télétravail. A Bruxelles en 2014, le télétravail concernait 16 personnes sur 100, contre seulement 6% en 2011. C’est une multiplication par 3 en 3 ans ! Le télétravail ne change pas seulement le mode de transport : il l’élimine.

La seconde mesure fut le passage du « tout voiture » au déploiement d’autres moyens de transport. Par exemple, diminuer le nombre  de place de parking voiture tout en augmentant la capacité des parkings vélos engendre une incitation à venir en vélo plus forte que l’incitation à venir en voiture. En complément, l’entreprise peut aussi aménager son espace en déployant des facilités périphériques à l’environnement du vélo, comme par exemple, la mise à disposition de douches pour les personnes ayant fait du vélo ou de la marche.

La distance recommandée pour l’utilisation du vélo en tant que transport de facilité est de 3km.  Au dessus de cette distance, d’autres moyens peuvent être envisagées. Un employé habitant à une distance supérieure à 20km peut par exemple prendre le train et finir à pied ou à vélo.

La diminution du parc automobile peut aussi se faire avec le covoiturage, pour tous types de trajets. Cette solution permet aussi de créer du lien entre les salariés et renforcer l’application des valeurs sociales d’une entreprise. La mise en relation entre différents salariés est parfois compliquée : savoir si un collègue habite proche de chez soi, faire coïncider des horaires… De nombreuses applications numériques existent.

PDE = pédagogie et stimulation

Pour faire aboutir un PDE, atteindre les objectifs fixés, le déploiement d’activités stimulatrices de mobilité est le plus souvent découpé sur 3 ans renouvelables :

  • Année 1: Lancement

Cette première année permet d’éveiller et d’informer les salariés sur les différentes solutions proposées qui s’adapteront à leurs besoins et leurs expliquer les bénéfices que provoqueront la mise en place d’un PDE. (Newsletter, événement de lancement, flyers…)

  • Année 2 : Activation

L’année suivant, il faut motiver les salariés en les challengeant à travers différents évènements (brunchs, challenges de la mobilité, goodies, cartes avantages…)

  • Année 3 : Stabilisation

La troisième année permet de perfectionner les plans mis en places à travers des retours, et féliciter les changements effectués avec la remise de prix des salariés les plus mobiles. Cela permet ainsi d’encourager à continuer et stimuler les personnes n’ayant toujours pas eu l’occasion de rejoindre l’aventure.

Les plans de déplacement entreprise seront en 2018 des obligations pour les entreprises sur les sites de plus de 100 salariés mais elles ne doivent pas être vues comme un fardeau. Un PDE est avant tout un projet qui peut fédérer une entreprise et permet de stimuler sa capacité d’adaptation. Alors, tous en route pour de nouveaux projets de déplacement entreprise efficaces à l’horizon 2018 !

Sources générales :

La marche, le déplacement sous-estimé?

En 2015, un Français faisait en moyenne 7500 pas, contre 9000 en 2012. (source) Les français favorisent de moins en moins la marche malgré l’augmentation des distances parcoures. Cette diminution qui est dans la continuité des vingt dernières années inquiète le milieu médical qui conseille une pratique quotidienne d’environ 30 minutes pour des bienfaits sur la santé. Cette activité bénéfique est trop souvent sous-estimée. Comment réconcilier les Français avec leurs pieds ? Enquête.

La mobilité courte distance

La marche est principalement utilisée sur des trajets courtes distances (déplacement dans un bâtiment fermé, rue piétonne…). Cependant depuis quelques années, la distance parcourue à pied s’est réduite rendant le trajet piéton encore plus marginal.

Les Français, qui en moyenne font 7500 pas quotidiens, sont très loin des 10.000 pas préconisés par les professionnels de la santé. Ce phénomène peut être expliqué par la diversification des modes de transport court trajet (< 3 km) : développement du cyclisme, segway, trottinette, monocycle, escalators… Cette diversification n’est pas seulement un effet de mode mais peut être vue comme une solution du fait que la marche est l’une des mobilités les plus lentes (environ 5 km/h).

La mobilité partout

Pas besoin de chercher une place de parking pour ses jambes. Se déplacer à pied permet de se déplacer partout sans avoir les inconvénients d’autres transports plus encombrants tel que la voiture, ou d’ajouter les coûts additionnels (place de parking, révision, carburant). De plus en plus de villes favorisent la marche en rendant des zones exclusivement piétonnes, en réaménageant des trottoirs ou en lui donnant un plus grand poids (piétons toujours prioritaires lors de la traversé du passage piéton même au feu rouge).

Un allié pour la santé physique…

La marche est, avec le vélo, l’un des seuls modes de transport dit « actif » c’est à dire nécessitant une activité physique, contrairement aux modes de transports dits « passif » (voiture, transports en commun, segway, hoverboard).

Le monde de la santé s’accorde pour dire que 30 minutes de marche par jour sur cinq jour de la semaine permettrait d’avoir des retombés musculaires, cardiaques et respiratoires bénéfiques. De plus, le poids peut être plus facilement régulé. (source)

… Et aussi psychique

Moins connu, la marche a aussi des effets bénéfiques sur la santé mentale. Le simple fait de marcher dans un environnement naturel tel que les parcs ou les forêts stimule en effet les sensations de bien être et la réflexion sur soi-même.

Selon une étude du docteur Marc Berman de l’Université de South Carolina, marcher dans un environnement naturel favoriserait la mémoire, la créativité et la plasticité du cerveau. (source)

Redécouvrir la marche

Oui, la marche est un mode de transport lent. Cependant, est-ce vraiment un aspect négatif ? Ces bienfaits sur la santé, que n’apportent aucun autre mode de transport, font de la marche le mode de déplacement le plus fructueux. Marcher dans une forêt en famille ou faire un petit détour à pied avant de se rendre à la maison est facile et, avec l’arrivée de l’été, pourquoi ne pas aller chercher les enfants à pied ? Cela vous permettrait aussi d’avoir un échange plus personnel avec vos enfants. Réappropriez vous vos jambes, votre meilleur ami pour les déplacements !

Pour aller plus loin :